Kidadoweb : sites pour enfants et ados
Kidadoweb sites enfants ados : accueil Activités : accueil Jeux en ligne pour enfants et ados Bricolage pour enfants et ados Coloriage Kidadoweb Blagues pour enfants et ados Atelier d'écriture enfants ados Tests de personnalité pour enfants et ados Activités de fêtes pour les enfants et les ados
Kidadoweb sites enfants ados : accueil de l'annuaire L'encyclopédie des enfants et des ados Lhistoire pour les enfants et les ados Kidadoweb : plan du site Le coin des parents Nous joindre
 

Atelier d'écriture pour
les enfants et les ados:
Histoire pour la fête des pères

L'histoire de Louise, 13 ans

   
   

Je descends donc vers la cuisine mon cadeau et ma carte dans les bras quand soudain une femme de ménage fait irruption d'une quelconque pièce et m'annonce de son air naturellement guindé:
- Monsieur votre père ne désire pas être dérangé ce matin Mademoiselle. Il vous demande de patienter et d'attendre qu'il vienne vous chercher.

Et elle s'en va, son balai à la main, sans rajouter un mot.

Moi je reste là, au milieu du couloir avec mon cadeau dans les bras, ce cadeau que j'avais soigneusement préparé exprès pour la fête de mon papa. Je me sens à la fois tellement triste et tellement en colère que je ne sais plus où j'en suis.

Pourquoi mon père trouve-t-il toujours du temps pour ses secrétaires, les diplomates et autres chefs d'états, alors qu'il est toujours occupé lorsque moi qui suis sa fille j'ai des choses à lui dire? En plus, il est gonflé de m'annoncer ça par une femme de chambre (Brigitte, je crois). Non, vraiment, je suis dégoûtée. Alors que j'erre dans les couloirs de cette immense maison, je me sens perdue, je me sens étrangère dans ce lieu de silence. J'ai l'impression d'être seule abandonnée et je m'abandonne à ce sentiment qu'on appelle déréliction. Je décide de sortir dans l'immense parc, toujours avec mon cadeau dans les bras. Une fois dehors, je m'installe près d'un buisson et je réfléchis. C'est définitivement très dure d'être la fille d'un président. On ne peut pas rencontrer d'autres enfants sans leur cacher son identité ou sinon, c'est moquerie et compagnie. En plus, pas question de faire trop de bruit et encore moins de crier dans la maison. Je n'ai pas non plus le droit de faire ce que la plupart des enfants ont fait au moins une fois dans leur vie : construire une cabane dans mon jardin. Et tout ça à cause de quoi? Parce que si jamais quelqu'un rend visite, il ne faut pas qu'il soit embêté. Mais quelqu'un s'est-il déjà demandé si cela ne me dérangeait pas moi d'être obligée de sourire à tous les inconnus que je croise dans les couloirs? Non, jamais. Pour eux, je ne suis rien d'autre que la "fille du Président" à qui l'on doit un total respect et qui ne doit jamais faire de bruit.

Un bruit de pas m'interrompt dans ma réflexion. Je regarde qui arrive par ici. C'est la femme de ménage que j'ai croisée dans les couloirs. Je m'apprête à aller lui parler mais je vois qu'un inconnu (encore un) se dirige vers elle pour lui parler. Vu qu'aucun des deux ne m'a vue, je me cache mieux dans le buisson. Il était temps : les deux s'assoient sur le banc le plus près du bosquet dans lequel je suis terrée.

Ils commencent à discuter
- Alors Brigitte, tu as réussi à la faire sortir de la maison
- Mais oui Albert, tu m'énerves, je te l'ai déjà dit.
- C'était pour être sûr. Maintenant, on va pouvoir la kidnapper cette petite
A ce moment là, je commence à avoir très peur. L'homme continue:
- En plus, elle vaut de l'or Mademoiselle. Il ne faut pas oublier que c'est la fifille de Monsieur le Président. Je ne sais pas comment elle a pu gober que son père n'avait pas le temps de la voir le jour de la fête des pères.

Maintenant, j'ai tout compris. Mais comment me sortir d'ici? Je décide de sortir par-derrière le buisson. Je vais de massifs de fleurs en massifs de fleurs et ça jusqu'à la maison. Là, je cours jusqu'au bureau de mon père. J'entre sans frapper et le trouve seul ici. Je lui explique tout ce qui s'est passé et lui donne son cadeau. Je n'ai jamais su ce qui s'était passé avec la femme de chambre. Toujours est il que je sais que mon papa l'a renvoyée.

Même si c'est dur d'être la fille d'un président parce qu'on est convoitée et sans cesse surveillée, je dois admettre que ça a parfois de très bon côtés, comme par exemple avoir une très grande maison.

Cette expérience m'a fait réfléchir et maintenant, je fais plus confiance à mon père.

 
 
Bravo à Louise pour sa superbe histoire
 
Retour à la lecture des histoires

 

Kidadoweb - sites enfants : contes et histoires par les enfants et les ados

Kidadoweb : sites pour enfants et ados