Kidadoweb : sites pour enfants et ados
Kidadoweb sites enfants ados : accueil Activités : accueil Jeux en ligne pour enfants et ados Bricolage pour enfants et ados Coloriage Kidadoweb Blagues pour enfants et ados Atelier d'écriture enfants ados Tests de personnalité pour enfants et ados Activités de fêtes pour les enfants et les ados
Kidadoweb sites enfants ados : accueil de l'annuaire L'encyclopédie des enfants et des ados Lhistoire pour les enfants et les ados Kidadoweb : plan du site Le coin des parents Nous joindre
 

Atelier d'écriture pour
les enfants et les ados:
Le Mystère de l'île de Pâques

L'histoire de Fatiha

   
   

Je suis une fan d'écriture et de lecture mais je ne fais que des essais nuls. Malgré ça je m'assieds toujours devant mon ordi en contemplant le clavier où je prends mon stylo à plume en admirant et en me réjouissant de ce magnifique pouvoir de créer un monde ou même des mondes ou je serai la maîtresse du destin. Devant ce grand pouvoir je suis impuissante donc je me retourne vers un livre et je le dévore au sens propre du terme. Mes essais restaient toujours sans fin, parfois j'étais dépassée par toutes ces idées qui me bousculaient, je soupirais et j'abandonnais.


 Vint ce jour où bascula ma vie. A force de solitude et de réflexion, je pouvais facilement rêver de mon plein gré, je contrôlais mon inconscient facilement. Je ne saurai dire si ces choses incroyables m'arrivent vraiment ou si je les imagine tout simplement. Tout ce qui m'arrivait depuis, tout ce que je voyais, tout ce que j'entendais je l'expliquais par milles et une façons et je réussissais étrangement à reconstituer toutes ces facettes pendant mon sommeil. Par conséquent je devins patiente et je ne me laissais plus submerger par mes idées et mes émotions. Ce changement soudain me poussa à terminer toutes mes histoires même les plus insignifiantes car je me disais que tout pouvait arriver et je me souciais le moins du monde que mes histoires eussent une morale ou non tout ce qui m'intéressait était de savourer pleinement le pouvoir de créer.


Un jour par exemple, (je ne sais pas si j'en ai rêvé ou non, à vrai dire cet évènement me laissa perplexe), j'étais en Argentine, je parlais librement espagnol!!!!!!!!!!!!! Et j'étais cachée à bord d'un bateau avec une jeune argentine elle semblait être une amie proche, on étouffait péniblement notre rire qui risquait de nous trahir. On était des rebelles inconscientes de ce qui pouvait nous arriver suite  à nos actes. C'était sans doute un accès de folie qui prend couramment les jeunes gens de notre âge. On a passé la nuit sur le bateau qui se balançait sur les vagues, le temps était glacial et on somnolait moi et Ophélia (c'était son nom) doucement l'une dans les bras de l'autre. Aux aurores, on s'est réveillées et un seul regard entre nous suffisait à déclencher un long fou rire. Lorsque le bateau s'arrêta, on entendit des bruits de pas qui se dirigeaient vers nous puis deux voix affolées se sont levées, on tendit l'oreille. On ne tarda pas à découvrir la cause de cette longue dispute, le capitaine réprimandait sévèrement le matelot qui était négligeant il a perdu, ou je ne sais pas ce qu'il a fait, des couvertures destinées à l'archéologue qui s'est réveillé furieux, gelé et grommelant des injures contre tout le monde. Le pauvre matelot risquait sérieusement la perte de son emploi. Là je sus que moi et Ophélia on devait se dénoncer, après tout si on était inconscientes à notre propre sujet on refusait de laisser quelqu’un payer à notre place car ces couvertures c'est nous qui les avons prises pour nous réchauffer et rester en vie pendant la nuit. L'archéologue en fureur n'était autre que le père d'Ophélia. Heureusement que toute cette histoire eut bien fini, on remit les couvertures, on demanda des excuses et Ophélia calma son père. On eut de "belles" promesses, elle sera privée de sortie pendant 2 mois et mes parents recevront un coup de fil les informant de ma "belle" conduite. Néanmoins il était trop tard pour rentrer, on était sur l'île de Pâques, le sujet de plusieurs expéditions archéologiques et le hasard voulu que nous soyons témoins d'intéressantes découvertes!!!


Mais sincèrement je n'y comprenais rien à tout ce que disaient les scientifiques qui se cassaient la tête et ça ne m'intéressait pas plus. Je profitais avec ma chère copine du magnifique paysage et j'admirais avec des yeux grands ouverts ces têtes parsemées n'y voyant que de formidables oeuvres d'art, ne cherchant absolument pas à comprendre ça et ça......         Le second jour, pendant une petite promenade qu'on entreprit moi et Ophélia, et alors qu'on s'amusait non sans penser à la longue punition qui nous attendait, on découvrit une petite pierre sur laquelle était gravée des dessins incompréhensibles, on la remit au père d'Ophélia qui s'occupât de la déchiffrer et on retourna rapidement à notre promenade.

En route Ophélia me dit avec une voix hésitante:
-J'ai envie de dire à papa qu'il ne faut pas faire compliqué quand on peut faire simple; Tu sais on en a déjà parlé moi et toi l'autre jour. Je remarque que tous les esprits vont par milles chemins pour expliquer une chose dont la solution est exactement devant eux. N'est-ce pas? Elle me lança un regard significatif et hésitant.
Je lui répondis par un regard interrogateur, puis comme un amnésique qui retrouve la mémoire soudainement, je m’écriai:
-Ah tu veux parler de la pierre qu'on trouvé? Les dessins me font étrangement penser à la plage.
Le visage d'Ophélia s'éclaircit, c'était exactement ce qu'elle pensait. On se comprit sans trop d'explications. Et c'était l'essentiel, qu'on se comprenne, donc, après, on ne prêta plus attention à cet incident.


Le troisième jour, on alla se baigner sur la plage et on fit un concours d'apnée. Incroyable pour moi, on réussissait à tenir 3 minutes et demie!!! Je la pris par la main et on plongea toutes les deux ensemble, sous l'eau, on se dirigea vers un trou pour voir vers ou il menait, on aperçut une lumière de loin et notre but était de l'atteindre, on nageait de toute nos forces pour voir ce que c'était.....!!!! Et on dépassa notre record sans même ressentir un manque d'oxygène!!! Là je n'arrivais plus à savoir ce qui se passait, je me demandais si je ne délirais pas ou si je n'étais pas morte!!! Car moi et Ophélia nous nous trouvâmes tout de suite après dans une sorte de faille temporelle ou je ne sais quoi, on flottait (ça procurait une sensation agréable c'était un mélange de joie et de peur et toutes les émotions qu'on pouvait ressentir). On vit un film ou un documentaire, il montrait la région des centaines et des centaines d'années avant, il y avait des habitants et une civilisation, les gens avait peur à cause d'une menace qui les guettait (c'était des géants!!!) les habitants du continent leur firent savoir qu'il y avait d'étranges objets qui viennent du ciel et qui détruisent tout sur leur passage (le plus étrange encore était que c'était une langue complètement étrangère et que je la comprenais!!!) Le chef eut une brillante idée, il fabriqua de grandes statues et les mit sur les collines et les montagnes pour faire peur à cet ennemi inconnu et faire semblant que l'île était toujours surveillée et protégée. Les êtres venus de l'espace ont été effrayés par les yeux blancs et rouges des statuettes mais ils ont effacé la civilisation mais n'ont pas osé détruire les statues.


Je me réveillai sans pouvoir comprendre plus et je découvris sous mon lit la pierre aux dessins, et un médaillon que j'ai offert à Ophélia.
Je me demande maintenant souvent la vérité sur ces aventures que je fais pendant mon sommeil. Et sur cette Ophélia qui y revient toujours

 
 
Bravo à Fatiha !
 
Retour à la lecture des histoires

 

Kidadoweb - sites enfants : contes et histoires par les enfants et les ados

Kidadoweb : sites pour enfants et ados