Kidadoweb : sites pour enfants et ados
Kidadoweb sites enfants ados : accueil Activités : accueil Jeux en ligne pour enfants et ados Bricolage pour enfants et ados Coloriage Kidadoweb Blagues pour enfants et ados Atelier d'écriture enfants ados Tests de personnalité pour enfants et ados Activités de fêtes pour les enfants et les ados
Kidadoweb sites enfants ados : accueil de l'annuaire L'encyclopédie des enfants et des ados Lhistoire pour les enfants et les ados Kidadoweb : plan du site Le coin des parents Nous joindre
 

Atelier d'écriture pour
les enfants et les ados:
Une histoire pour Halloween :
Le Fantôme

L'histoire de Lucie

   
   

Il s'appelait Antoine. Vers quinze heures, il appela un taxi qui devait le conduire à l'aéroport. Antoine sortit de son immeuble et courut vers le taxi car dehors, il faisait une chaleur épouvantable pour un mois d'août et donc se précipita vers le taxi climatisé :
-Bonjour monsieur, à l'aéroport s'il vous plaît.
-Pas de problème.

Le trajet se fit tranquillement, le chauffeur racontant sa vie par moment, proposant un café à Antoine par d'autres mais il ne vit pas le temps passer. Un quart d'heure plus tard, ils arrivèrent :
-Combien je vous dois ?
-20 euros je vous prie.
-Voila merci et au revoir.
-Merci à vous à bientôt.

Et Antoine se dirigea vers l'entrée du bâtiment. Son avion ne partait que dans une trois quarts d'heure, il avait donc encore le temps de s'acheter une petite collation et de la déguster. Il prit quelques viennoiseries à une pâtisserie dans l'aéroport et s'assit sur une chaise en attendant.

A quatre heure moins le quart, il se dirigea sur la piste d'atterrissage où son avion devait se trouver. Il l'aperçut, gravit la passerelle et s'installa dans un fauteuil, prêt à y rester un bon moment puisque l'arrivée était prévue à dix neuf heures trente. Le voyage se passa agréablement, il avait apporté des journaux, un baladeur puis fit une petite sieste vers cinq heure. Le repas n'était pas prévu dans le train mais cela lui était égal car il savait que son arrière grand-mère préparait toujours de somptueux repas même quand l'occasion ne s'en présentait pas. Puis il pensa à Fionna, son arrière grand-mère, à son mari lain qui était mort bien tristement :

- Il doit lui manquer, un anniversaire sans lui sera une peine en plus.

Son mari était mort à la guerre, il était médecin et soignait les blessés mais un jour, un soldat était gravement blessé, et comme lain avait certaines aptitudes au combat, on l'avait envoyé combattre et on avait confié les soins du malade à une autre personne. Mais le pauvre homme aurait mieux fait de rester soigner le blessé plutôt que d'aller à l'avant. C'est comme ceci qu'il est décédé.

Mais Antoine se ressaisit. Il valait mieux ne pas penser à ces choses-là, il venait pour un anniversaire, pas pour un enterrement ! L'avion atterrit à l'heure prévue.

Antoine aperçut Fionna qui était venue le chercher :
- Ohhh bonjour mon petit, tu as fait bon voyage ?
- Très bon mémé et toi comment tu vas?
- Bien, bien allez viens j'ai appelé un taxi.

Ils allèrent donc jusqu'au taxi où Antoine déposa ses bagages et arrivèrent jusqu'au château de Fionna. Ils gravirent les majestueuses marches du château puis passèrent la porte. Le château était toujours bien éclairé et il y avait énormément de décoration. Les tableaux représentaient pour la plupart, des photos de lain ou alors des plantes. Ils se rendirent à l'étage, où se trouvait les chambres et salles de bains :

-Voila ta chambre elle sera à côté de la mienne ...
-Merci mémé, je vais m'installer.
-Et sois en bas pour huit heures et demie, nous allons manger, je finis de préparer mon ragoût.
-Très bien.

Puis, il pensa pour lui-même :
- Comme d'habitude mémé a la fâcheuse manie de préparer d'étonnants repas mais bon, je ne vais pas m'en plaindre ...

Il installa toutes ses affaires se rinça le visage pour se rafraîchir et descendit :
-Au moins je ne vais pas avoir chaud dans un château comme ça, se dit-il.

Il s'assit à table et attendit qu'on le serve. C'était toujours comme ça chez son arrière grand-mère.

Elle apporta le plat et ils le dégustèrent en silence. Puis exténué, Antoine alla se coucher en souhaitant une bonne nuit à Fionna.

Il monta dans sa chambre, et se prit une bonne douche froide car il était tout engourdi. Puis il prit le verre de lait que Fionna avait déposé sur sa table de chevet et le but.

Puis fatigué par cette longue journée, il s'endormit aussitôt.

Les heures défilaient, et Antoine dormait paisiblement. Sur le coup de minuit, un hibou hulula ce qui eût pour effet de le voir se retourner dans ses draps. Puis, à minuit et quart, il entendit un grondement, un éclair, et sentit une goutte qui glissait sur son visage, ce qui le réveilla aussitôt mais pire encore il entendit un loup hurler. Sur le moment, il fut pris de peur mais il était encore trop fatigué pour réfléchir à d'où pouvait bien venir ces bruits et il se rendormit.

Cette fois, les bruits se firent plus insistant, puis entendit quelque chose grincer sur le sol. Il se leva, bien décidé à voir ce qui pouvait autant le tirer de son sommeil, lui qui avait d'habitude, un sommeil profond. Il prit une robe de chambre et sortit. Il déambulait dans le long couloir en essayant de deviner d'ou provenait ces bruits. Puis il vit que derrière l'angle du mur, quelque chose brillait. Il avait emporté son verre de lait, prêt à le casser sur la tête d'un cambrioleur ou quelqu'un d'autre et se dirigea vers le bout du couloir. Il tourna dans l'angle et ce qu'il vit... oh non je n'ose pas le dire ... son coeur fit un bond dans sa poitrine et il en tomba. Un fantôme se dressait devant lui, resplendissant dans des draps blancs et brillants. Sur le coup, il avait eut peur mais soudain il pensa :

- C'est sûrement une personne déguisée qui veut me faire une mauvaise farce qui a drôlement bien marché, pensa t-il.

" Allez enlève tes draps et montre ton visage ! "

Mais il ne se passa rien. Puis soudain, le fantôme ouvrit la bouche, mais sa bouche ne ressemblait pas du tout à une bouche. Ses dents étaient toutes pointues, on aurait dit des crocs, et il n'avait pas de lèvres et tout au fond de sa bouche, il y avait un trou noir où on ne pouvait rien distinguer. Antoine cria et courut s'enfermer dans sa chambre. Il reprit ses esprits et se dit :
- Les fantômes ça n'existe pas, je vais prendre un couteau dans la cuisine et le tuer et je pourrais enfin dormir tranquille.

Il descendit et passa la porte de la cuisine. Il ouvrit le tiroir à couverts et se retourna et là, sursauta. Il vit le fantôme devant lui :
-" N'approchez pas, j'ai un couteau ! "
-" Essaie donc de me tuer, de toute façon, je suis déjà mort. "
-" Menteur ! "

Et il le transperça de son poignard, sans succès :
-" Mais, qui êtes-vous? "
-" Je ne te fais plus peur ? "
-" Du moment que vous ne me faites pas de mal ... "
-" Désolé de t'avoir effrayé tout à l'heure, j'ai ouvert ma bouche pour que tu croies vraiment que je suis un fantôme. "
-" ça n'a pas beaucoup marché, enfin sur le moment oui ... "
-" Eh bien en fait, je suis le cousin de ton arrière grand-mère, mon nom est Steve et je suis revenu ici car je devais te parler. Il faut à tout pris que tu fasses ce que je vais te dire. Tu vois, on t'a raconté que ton arrière grand-père était mort à la guerre mais ce n'est pas vrai, c'est à cause d'une malédiction qui pèse sur notre famille. Chaque homme de la famille est tué au bout de quarante ans de vie, à cause de cette malédiction. Lain, a été tué par un loup-garou quand il était à la guerre mais on t'a raconté une autre histoire à toi et à ton arrière grand-mère ainsi qu'à tes grands-parents et tes parents car personne ne connaissait vraiment la vérité.
Ainsi tous les hommes de la famille meurent à cause de cette malédiction lancée par un ange déchu qui a voulu se venger.
Et malheureusement tous les hommes de notre famille sont condamnés à errer dans le château de leurs ancêtres sous forme de fantômes et tant que la malédiction ne sera pas brisée, nous ne pourrons pas partir en paix. Il y a un moyen de briser la malédiction mais il fallait à tout prix que ce soit toi qui la brise : il y a une porte, cachée dans le château qui aboutit sur un paradis où l'on peut faire des voeux ... Il faut demander à celui qui y siège, de bannir ce mauvais ange qui fait des misères dans le monde car ils ne sont pas au courant. Une fois banni, il ne pourra plus nuire et la malédiction sera brisée.
J'ai trouvé la clef et la porte se trouve dans les cachots du château, derrière la statue de Heltret le gros.
Il ne te reste plus qu'à trouver le grand Dieu, et à lui demander de bannir cet ange. Bonne chance ! "

Et il disparut.

Il se rendit donc aux cachots, qui sentaient d'ailleurs le renfermé, personne n'y était plus descendu depuis cent ans.

Il trouva la statue difficilement et inséra la clé dans le nez de cette dernière. La statue tourna, grinça et des nuages apparurent :
- Waoouuu ...dit-il

Il demanda où se trouvait la maison du grand Dieu et on lui indiqua le chemin. Parvenu devant sa porte, il frappa:
-" Entre je t'attendais. "
-" Bonjour, j'imagine que vous savez donc pourquoi je suis là? "
-" Oui mais pour bannir l'ange, il me faut mon bâton tout puissant et on me l'a volé et je ne l'ai toujours pas retrouvé. "
-" Je peux le chercher si vous voulez. "
-" Il est forcément dans mon monde, à toi de le trouver ... "
-" Je reviendrais avec c'est promis. "

Puis il sortit. Il chercha de partout, dans tous les recoins sans rien trouver. Puis fatigué, il alla se détendre au bord d'un ruisseau. Vous n'imaginez pas quelle ne fut sa surprise lorsque, sur un nénuphar, il aperçut un bâton doré, brillant de mille éclats. Il s'empressa de le prendre et de la rapporter au grand Dieu :
-" Voila votre bâton! "
-" Je ne sais comment te remercier mais je crois que bannir cet ange sera déjà un grand remerciement. "
Il frappa le sol du bâton et il y eut un énorme tremblement de terre :
-" Tu n'étais pas habitué à cette secousse ! "
-" J'avoue que non. "

Puis le fantôme apparut :
-" Je te remercie de tout coeur maintenant nous allons pouvoir reposer en paix moi et mes ancêtres. "

Et cette fois, il disparut en s'évaporant, se terminant par une pluie d'étincelles.

Le lendemain matin, il était dans son lit, et se prépara pour la fête. Il avait tout oublié mais la malédiction, elle, était bel et bien brisée.

 
 
Un grand bravo à Lucie pour sa superbe histoire !
 
Retour à la lecture des histoires

 

Kidadoweb - sites enfants : contes et histoires par les enfants et les ados

Kidadoweb : sites pour enfants et ados